Fabrication du Golem

Aller en bas

Fabrication du Golem

Message par Ikhlas le Mar 13 Fév - 2:47

Une note laissée sur une petite liasse de documents très anciens.

J'ai pris la décision de m'intéresser à la fabrication d'un ou plusieurs Hoon-Payât, dans l'idée de nous constituer un support d'effectifs combattants. La fabrication de ces golems ancestraux est complexe et les rituels qui les animent éprouvants. De fait, je suis parvenu à convaincre Felinus de m'aider dans ce domaine et ce dernier a accepté de se soumettre à quelques tests une fois la fabrication de l'effigie terminée.

Felinus étant un démon de manière attestée aujourd'hui, j'ai bon espoir que le contrat par lequel il est lié à nous m'épargnera d'en signer un autre. De fait, un démon sous contrat ne peut passer d'autres accords pactifiés avec la même personne ( Consulter la "Charte Démonique" ) selon les réglementations régissants toute espèce démonique rattachés aux lois de la "Croisée des Chemins". Par ailleurs, même si je devais faire erreur, cela ne changera en rien la décision que j'ai prise à ce sujet.

L'objectif découlant de cet accord vise à nous appuyer efficacement sur le terrain en liant le matagot à une effigie de Hoon-Payât qui sera conservée dans les entrailles de la Cave, au centre d'un autel d'invocation. De fait, il suffira que le maître ayant pratiqué le rituel ( c'est à dire moi ) l'invoque par le Khanat à l'extérieur de la Cave.

Je ne suis pas encore en mesure d'affirmer qu'il soit possible ou même bénéfique d'entraîner un démon des croisements au sein du Rêve, mais j'escompte éclaircir cette question. Pour la simple et bonne raison que l'endroit est dors et déjà dans une situation apocalyptique. Même si mon objectif est avant tout de profiter de cette ruse supplémentaire pour l'activation des anneaux et à la toute fin, lorsque nous serons face à la faille dans le désert.


Ikhlas

Pile de vieux documents:

- Le Hoon Payât ; Ou comment fabriquer un Golem -


   Les amulettes Hoon Payât sont conçues pour servir de gardiens et gardes du corps, à l'image des golems nés de la terre et de la boue, mais sans les inconvénients spécifiques aux véritables Golems. Elles on le plus souvent une forme humaine et les Maîtres qui les réalisent les animent en y attachant diverses entités de nature variables. En conséquence, leurs formes peut dépendre de la force avec laquelle elles ont été animées.

   Les Hoon-Payât étant principalement des gardiens, certains on des aspects guerriers et portent des armes diverses ou peuvent avoir l'aspect d'un être végétal ou animal. Un Hoon-Payât est un "guerrier magique" qui se sacrifiera pour son maître en cas d'attaque magique. Cependant face à une attaque massive un seul golem même puissant et bien chargé sera insuffisant et il est donc recommandé d'en avoir plusieurs ( jusqu'à 8 ) provenant de Maîtres différents et portant des armes différentes, de façon à avoir l'assurance de faire face de manière victorieuse à tout type d'attaque.

   On commence par collecter certains matériaux très précis afin de pouvoir fabriquer l'amulette de base, par laquelle naîtra et prendra forme le Hoon Payât.

   • Poudre de 7 cimetières ( terre de tombeaux recueillie aux abords des portes des goules )
   • Poudre de 7 anciens temples ( poussière de pierre sculptée )
   • Poudre des 7 sanctuaires sacrés d'Aal ( sable recueillit sur place lors du dernier pèlerinage )
   • 7 graines d'Immortelle ( fleurs poussant sur les sommets des rochers )
   • Poudre de 7 champignons célestes
   • Fil de coton
   • Écorce de vieil arbre
   • Bande de soie ointes d'huile sacrée
   • En fonction de l'utilité que l'on souhaite en faire, ajouter également 7 traces de souvenir, chaos, sauvagerie etc...

   Une fois l'effigie construite, le maître se doit de canaliser et condenser son énergie en un noyau compact, qu'il infusera ensuite dans l'amulette pour la lier à son essence et son pouvoir. Cela se fait lors d'un rituel nommé "Moun-barâf" ( traduisible par "mélange" ou "association" ) où le maître, portant des tatouages rituels, entre dans une transe spirituelle d'envergure pouvant durer plusieurs jours en fonction du nombre d'amulette à enchanter et de ses capacités énergétiques.

   La dernière étape, appelée "Kmeth" ( "animation" ), peut se faire de diverses façons en fonction des objectifs auxquels le maître destine sa ou ses créatures et de l'entité qu'il choisit de lier au Hoon-Payât.

   • Élémentaire : Eau, feu, air etc peuvent permettre le Kmeth et insuffler la vie au golem. Généralement, les mages utilisent ces éléments naturels pour produire leurs golems. Si le maître n'est pas magicien, il devra utiliser des élémentaires captifs ou de puissantes essences naturelles.

   • Fantôme de guerrier mort au combat : Les fantômes n'étant pas dotés de conscience à proprement parler, le cycle guerrier dans lesquels ils peuvent être condamnés à errer peut permettre le Kmeth en donnant au Hoon-Payât la force de l'éthérée qui jamais ne cesse le combat. Ces golems sont généralement très résistant et ne peuvent être réellement expulsés que par l'utilisation d'un athamé. Cependant, leur nature partiellement spectrale en font des créatures pouvant être difficile à contrôler.

   • Énergie/égrégore provenant de disciples en transe : Cette technique permet d'utiliser l'énergie magique et spirituelle de tout un groupe maintenu lié au rituel du Kmeth. S'il permet une utilisation du golem à distance et par la multiplicité des êtres qui l'animent le rendre bien plus puissant, les ritualistes sont rendus vulnérables et doivent avoir l'esprit déjà entraîné à ce genre de pratique éprouvante.

   • Spectre du meurtrier condamné à mort : L’effigie du Hoon-Payât animé de cette façon doit être équipé d'un objet personnel appartenant au spectre qui l'anime ( pièce, morceau de vêtement, dent, sang... ). Cette technique demande la signature d'un contrat magique, le "Tiroun", qui ne doit en aucun cas être obtenu par la force mais par volontariat, alors que le meurtrier est évidemment toujours vivant. Le Tiroun permet au maitre de posséder à loisir le spectre à son service durant une période de 100 années, moyennant la promesse d'une réincarnation à la fin du temps imparti. Un engagement à vie lourde de responsabilités mais pouvant produire des golems particulièrement puissants. Il est cependant recommandé de ne faire faire à ce Hoon-Payât que des tâches positives, sous peine de voir son propre karma chuter.

   • Démon : Un Hoon-Payât animé par une entité d'origine démoniaque est sans doute ce qui se fait le mieux, produisant les golem les plus forts. Cependant, contrairement à celui du dessus, le démon demandera au maître de signer un pacte avec lui et peut donc légitimement demander un certains nombres de contreparties plus ou moins indésirables. Si les autres types de golems ne demandent guère plus que l'offrande d'un verre d'eau quotidiennement, le Hoon-Payât animé par une force démonique, se transformant ainsi en Mekkalee, demandera au maître une coupe de sang frais chaque jours. Si les capacités de ce golem sont indéniablement optimales puisque le démon ne saurait mourir sous sa forme éthérée, le maître doit être capable de résister aux tentatives de l'entité de le posséder et, par conséquent,  avoir suffisamment de force mentale pour l'empêcher de retourner la situation à son avantage, contrat ou pas.

Le maître doit vérifier que ses amulettes Hoon-Payât ou Mekkalee soient chargées en énergie et renouveler régulièrement le vernis d'huile sacrée. Ces objets peuvent être de tailles variables mais ne doivent jamais être portés autour du cou. On les porte où dans une poche sur sois-même ou dans le dos pour se prémunir d'une attaque en traître. Les plus grandes effigies se gardent au centre d'un autel dans le domicile du maître ( plus l'amulette est grande, plus le golem sera haut, puissant et capable de se manifester prés de son créateur sans que celui-ci ne soit tenu de le transporter, mais sa fabrication implique des spécificités plus complexes ).

Pour activer l'apparition du golem, le maître doit connaître et réciter la formule du Khanat en vieux valencien. Le Khanat est en réalité inspiré du sourate 35 d'Aal, I-Fâtir ( "Le Créateur" ) et se dresse en ces termes :

"Wahum yastarikhoona feeha rabbana akhrijna na’mal salihan ghayra allathee kunna na’malu awa lam nu’ammirkum ma yatathakkaru feehi man tathakkara wajaakumu alnnatheeru fathooqoo fama lilththalimeena min naseerin"

   "Et là, ils hurleront: «Seigneur, fais-nous sortir; nous ferons le bien, contrairement à ce que nous faisions». «Ne vous avons-Nous pas donné une vie assez longue pour que celui qui réfléchit réfléchisse? L’avertisseur, cependant, vous était venu. Et bien, goûtez (votre punition). Car pour les injustes, il n’y a pas de secoureur»."
avatar
Ikhlas

Messages : 115
Date d'inscription : 14/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum