L'étude des contes d'or

Aller en bas

L'étude des contes d'or

Message par Tezca le Sam 31 Mar - 14:19

Le présent rapport est envoyé en copie a tout les membres du groupe.


Chers amis,

Voici le résultat de mon étude sur le livre des contes d'or

Je m'excuse du temps que cela m'a prit mais vous connaissez tous mes lacunes en matière de lecture. Je pense cependant avoir moissonné beaucoup d'informations.

A la fin du livre on trouve sept contes écrit assez récemment, dont un complètement raturé et une page arrachée.

Pour les six contes visibles. Leur héros ont le nom de l'un d'entre écrit a l'envers sauf pour Bondoulfe.
Je pense donc qu'il s'agit des contes des bulles de nos Bâ. Cela explique pourquoi celui de Bondoulfe est Raturé, et pourquoi les nom sont a l'envers. C'est ainsi qu'on les lit dans un miroire.

Je vous remet les contes avec leurs titres:


Le destin d’Agsudas::


La solitude est une alliée silencieuse … Mais aussi une traître créature à laquelle on s’accoutume …

Tout homme ou femme qui n’a jamais entendu le vrai silence, tend à s’accoler aux siens. Fuir la paresse sociale et retrouver la chaleur des autres, vivre ensemble, partager les peines … Mais Agsudas avait entendu l’appel du silence.

Elle passait de long moment, au dessus de tous, ayant étudié toute les méthodes pour s’affranchir de l’autre. Elle évitait scrupuleusement ce qui aurait pu déranger sa quiétude car elle avait pour accoutumance, la paix de son propre esprit …

Sautant alors de toit en toit, là où personne ne viendrait la chercher, elle commença à voir l’autres comme de vagues formes au loin … Des fourmis sans importance, un bruit de fond … Son esprit était libre, autonome …

Puis vint la chute. Les jambes d’Agsudas faillirent … Et elle tomba au plus bas, au milieu des fourmis … Ils ne pouvait la voir, car elle n’avait alors jamais existé pour eux … Et ne sû prononcer un mot qu’elle n‘avait jamais apprit : “A l’aide”.

C’est ainsi qu’Agsudas disparut ...

On ne se rend compte de sa solitude qu’au moment ou elle révèle son vrai visage. Vivez seul, mourez seul ...


Le destin de Salhki::


La richesse d’une âme se mesure à ce qu’elle a pu vivre, bon comme mauvais, la balance est subtile et injuste …

Il y a ceux qui n’ont rien, et ceux bien en dessous d’eux. Ainsi existait Salhki, l’anachorète. Un silencieux qui avait vu misère et tristesse dans ce monde, et qui avait abandonné les siens … L’espoir dans son coeur avait faillis, il attendait sa prochaine vie, explorant son propres esprits dans ses nombreuses transes …

la lumière avait quitté ses yeux, à force de les garder fermés … La noirceur qui l’habitait alors était ce qu’il avait vu dans les hommes … La déception, la trahison, la haine et le malheur … rien ne pouvait être sauvé …

Il ouvrit alors les yeux … et les couleurs étaient revenu … Alors qu’il s’élevait au dessus de son corps. un corps bien humain … et il vit alors -trop tard- tout ce qu’il avait toujours détesté … Sa dépouilles pourrissante … et impure … Et il disparut ...

A détester et désespérez de vos paires, vous finirez toujours par vous consumer … Et il sera trop tard alors pour ressentir l’amour que vous avez tant et tant désiré ...


Le destin d’Allisraht::


La joie, l’excitation et le bonheur sont des constructions établies et puissantes … Chacun les recherches au profit d’autres …

Tous les hommes suivait le torride déhanché d’Allisraht, la plus désirable des danseuses des bas fonds … Chaque nuit, elle hantait les fantasmes de ceux qui avait eu le malheur d’être envoûté par ses formes … Sa popularité grandissante, elle devint petit à petit le joyau secret des petites gens. La femme d’aucun homme et d’aucune compagne … L'inaccessible ...

Mais ce qui est précieux et intouchable devient toujours irrésistible, et l’irrésistible peut toujours être acheté …

Un noble alors vint à elle, et promis monts et merveilles, plus jamais Allisraht ne serait dans le besoin … Les yeux de la danseuse s’emplirent de joyaux … Ses mains de bagues, ses formes de milles parurent … et son horizon … De milles barreaux d’or …

Elle regretta alors … Mais trop tard … Que sa liberté fut le prix de sa richesse … Elle était devenu un objet de désir … Un joyau secret qui attendait sagement de disparaître ...

Toujours au fond de vos rêves se cachent de beaux barreaux … Si vous ne réalisez pas vous même le fruit de vos fantasques, quelqu’un vous enfermera dedans pour réaliser les siens.


Le destin de Mailliw::


Dans l’oeil de la tourmente, seul l’esprit compte … le corps est déchiré, l’être est mis en pièce …

En désuétude tombe l'identité, et tout ce qui a un jour été ce que vous êtes … Mais il reste un espoir, l’espoir de ce que vous êtes aux autres ...

Le reste du texte est écrit frénétiquement, c’est indéchiffrable, a part la dernière ligne :

Mailliw est le nom de celui-qui-porte-la-vision … Celui qui renaît ...


Le destin de Rethu::


La force brute est le langage universel et le seul qui sera toujours compris par toute âme …

Rethu le fournisseur était ce que les pourrait appeler un colosse … un homme d’une force incontestable. Il était craint et respecté de ses paires et associés, toujours son imposant pouvoir lui avait ouvert les portes de la facilité …

De richesse il n’avait pas besoin car son imagination limitée ne lui permettait pas d’imaginer autre chose que le chemin que d’autre lui avait tracé … Il fendait simplement le cours du temps, attendant sans relâche la douce étreinte de la mort … Sa solitude comme seule compagne ...

Car si tout était trop facile, si le respect était gagné en un tour de force … Personne n’eut jamais une seule pointe de douceur pour le coeur de métal qu’enfermait la gigantesque enveloppe du colosse … Sa vision faisait faiblir n’importe quel être doué d’un minimum de conscience …

Car si l’intelligence lui manquait … Il n’était aucunement dénué de sentiment et d’amour … Un jour de tristesse … Un jeune enfant vint à lui, un garçon aveugle mendiant pour rester en vie … Déjà détruit par l’existence, Rethu lui donna tout ce qu’il aurait pu rêver … En échange d’une once de considération … Mais brutal fut le traitement … Lorsque Rethu attrapa la peste qui hantait la jeune âme ...

Personne ne se leva jamais pour aider Rethu et son compagnon, ils déclinèrent alors ensemble … L’espoir est parfois trompeur … Mais il reste tout de même bel et bien la plus douce chose que Rethu goûta avant de disparaître ...


Le destin d’Aczet::


Riche sont ceux qui ont su s’élever au dessus du normal. Par fourberie comme bienveillance,  ils veillent sur le troupeau, le manipulant au grès de ce qui dans leur tombe sera bien futile : le pouvoir et l’argent …

Mais s’élève toujours dans la masse, un mouton noir au coeur doré … Une créature de justice et d’équité. Aczet le rossignol carmin, la voleuse qui donnait aux pauvres … Aczet, l’aimée des plus démunies …

Aczet vola la plus grande opale de tout Valencia, son larcin fut le plus prodigieux de toute la création … Laissant comme seule note à sa victime, un baisé carmin, imprimé sur une petite carte …

Mais si tous craignent le pouvoir, c’est parce que sa fureur … retrouve même le plus furtif des rossignols …

Argent corromp même le coeur des plus aimants … Et les espèces sonnantes, les pauvres et les démunies décidèrent de donner le rossignol contre une fausse promesse … Elle disparut, coincée, chassée … Dans la ruelle la plus sombre de la ville …

Ne vous attaquez pas aux lions, si vous êtes entouré par ce qui pourrait être les hyènes. Les puissants gagnent toujours face à ceux qu’ils ont brisés.

Voila.

Concernant les autres contes du livre...ils sont plus long. Ce sont des contes noirs qui impliquent plus de personnages. L'environnement semble mieux décrit, l'histoire plus profonde,et ils ne se terminent pas par la mort des protagonistes.
Chacun véhicule la froide vérité d'une vision du monde pessimiste.

Encore un élément important.
Je n'ai pas trouvé de conte pour les conteurs noirs, même en inversant leur noms. Pareil pour Mara ou Meridah.
Cependant...j'ai eu l'idée de gratter la dernière page avec une page blanche et un fusain pour essayer de lire ce qui était écrit. Hélas la plume était légère et seul le titre un peu plus marqué est ressortis.

"Mara et la futaie des songes."

Bisous à tous.

Tezca
avatar
Tezca

Messages : 47
Date d'inscription : 30/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum