Rapport d'affaire à Olvia. [Juin/Juillet]

Aller en bas

Rapport d'affaire à Olvia. [Juin/Juillet]

Message par William Duncaste le Sam 21 Juil - 20:38

Dans un tiroir peu dissimulé de la Cache des cent se trouve un épais carnet concernant les traques et investigations menées à Olvia entre Juin et Juillet 287. Il porte l'écriture et les traces de cendres de William.  



Rapport sur l’affaire de l’homme de paille, touchant Olvia et sa région, ayant mené à la découverte puis l’éradication d’une communauté Wendigo.


Avant-propos



Suite à la disparition de la Cavaletti, Balenos a été en proie à de nombreux maux pendant l’hiver. Des maux pour beaucoup jugés mineurs, bien qu’ils aient prospéré jusque-là. Après avoir été détachés par Ikhlas pour résoudre les tracas de ce secteur, Tharsilla et moi-même avons été confrontés à des affaires minimes qui ont rapidement laissé place à des interrogations concernant un lugubre et imposant homme de paille, érigé par la population dans le cimetière d’Olvia. L’affaire a duré environs un mois. Je tâcherai dans ce rapport d’aller au plus clair sans dénaturer la réalité de nos opérations. A l’heure où j’écris ces lignes  l’urgence de cette affaire est terminée. Restent quelques détails et autres tristes dommages collatéraux à, dans la mesure du possible, corriger.


Homme de paille ou Pelele, l’arbre qui cache la forêt.
Tharsilla, William



Vestige de savoirs occultes et païens, baigné d’une énergie malsaine, l’homme de paille n’avait d’autres fonctions que de protéger le cimetière et repousser on ne sait quoi venant y déterrer les corps et labourer la terre. Cette vérité établie et vérifiée, nous nous sommes concentrés sur la raison qui a poussé les artisans d’Olvia à façonner le martyr de paille. Il a fallu faire preuve de patience et d’astuce, la populace peu encline à en dévoiler sur le sujet. Quelques recherches, interrogations et déductions nous ont permis de dégager le contexte hivernal. Olvia, dans ses nuits les plus froides, a connu une période de famine. Ce temps de disette a été marqué par des disparitions, des morts retrouvés en forêt. Là où certaines familles supportaient deuil et maladie, d’autres n’ont pas été frappées par le manque de nourriture, grâce à une consommation, volontaire, ou non, de viande humaine.
Cannibalisme avéré, créatures nécrophages développées. De fil en aiguille, nous avons soupçonné la présence d'un, ou plusieurs, Wendigos.


Rencontre avec des Wendigos. Analyses de terrain
Tharsilla, William, Uther


Même si nous avons suivi une piste, même si nous avons dû faire des choix, et même si nous jugions chaque avancée comme une réussite,  jusqu’à tomber nez à nez et nez à dos avec des wendigos, avec le recul, aujourd’hui, je reste persuadé qu’il s’agissait là d’une piège, tendu par ces créatures. Nous nous pensions les traqueurs, eux aussi, je gage.
Les éléments récoltés dans le bestiaire sont assez fidèles quant aux caractéristiques du Wendigo. Comme conté juste au dessus, je mettrai avant tout l’accent sur leur intelligence. Ils sont capables de prévoir, de s’organiser, et de ce fait, de penser à la place d’un autre, de se mettre «  à la place de », ce qui en fait un prédateur redoutable. Vicieux. Leur deuxième atout est sans hésitation leur rapidité. Rajoutez des griffes capables de traverser l’acier, et nous approchons du mal incarné.
Nous sommes tombés dans un piège, nous avons combattu, et nous avons vaincu, grâce à plusieurs facteurs qui nous ont donné l’avantage.
Le feu. Ils craignent les flammes autant que la lumière qu’elles dégagent. C’est un mur de flammes improvisé grâce à une lampe à huile qui nous a permis d’éviter d’être pris en tenaille.
L’argent. Comme le feu, les Wendigos le craignent et y sont sensibles. Nous avions l’équipement.
Les symboles bénis. Une croix d’Elion en argent a su les tenir en respect et les empêcher d’approcher. Des recherches plus poussées sont prévues afin d’évaluer si cela a été dû à une « faiblesse » des wendigos ou à une caractéristique, inconnue et particulière, de la croix.
La chance. Oui, je pense que nous avons eu de la chance. Les wendigos vieillissent et évoluent par stade. Plus ils se nourrissent, plus ils grandissent jusqu’à changer de forme. Nous avions face à nous de jeunes créatures. Ils ont essayé de nous piéger dans un espace confiné, ce qui nous a évité un assaut frontal de leur part. Ils n’ont pu tous attaquer en même temps. Il n’est pas impossible que cette escarmouche trahisse une erreur de jugement des wendigos. Ils nous avaient, à ce moment-là, sous-estimés.

La grande chasse. La forêt qui cache l'arbre.
Tharsilla, William, Uther



Nous sommes allés rendre compte de nos découvertes au Duc et à ses hommes. Des anciens barbares sanguinaires balenosiens reconvertis en protecteurs d’une nature cruelle et baignant dans des rites animistes. Une fois la preuve apportée à leur communauté, que des wendigos évoluaient dans la région, creusaient des galeries sous la ville, et dévoraient quelques occupants, c’est avec dévotion que le Duc et ses hommes se sont portés volontaires pour nous aider à les débusquer. Sur plusieurs lieux d’attaques, ou de disparition, nous avions trouvés des petits glands, parfois avec quelques feuilles et de petites branches. C’est alors que les chasseurs d’Olvia nous ont dit avoir remarqué un arbre étrange, corrompu sans doute, pas si loin de la ville, dans un bosquet. Ils nous ont assuré ne jamais avoir aperçu cet arbre auparavant, comme s’il venait d’arriver. C’est à ce moment-là que nous avons décidé d’une marche à suivre risquée, au prix élevée.

Le Duc et ses hommes se sont portés volontaires pour attirer dans les bois les Wendigos, pendant que nous nous occupions, nous, occultistes, de l’arbre. La diversion fut un succès, nous avons pu sécuriser l’arbre tandis que les Balenosiens payaient de leur sang ce temps qu’on nous offrait précieusement.

Il était immense, imposant. Sur son écorce, on croyait voir de multiples visages. Au plus nous avancions, au plus nous devions barricader notre psyché. Cette entité semblait avoir une certaine maîtrise pour pénétrer les esprits. Par chance, l’arbre semblait en sommeil. Nous avons abattu quelques Wendigos très jeunes, des gens du village devenus créatures depuis peu, qui semblaient vénérer l’arbre, le choyer, ou s’y réfugier. Chose bien étrange pour des créatures sans croyances avérées.
Nous avons rejoint le Duc et ses hommes. Les pertes et blessures furent nombreuses, mais tout les Wendigos avaient été abattus, pus brûlés.

Ignomini
Tharsilla, William, Wander



Les Wendigos terrassés, notre attention s’est portée sur cet étrange arbre. Le temps qu’Ikhlas nous apporte quelques compléments de recherche, nous avons voulu porter notre aide à Frey, une chasseuse d’Olvia. Cette dernière, après la bataille, a été retrouvée les flancs saignés et sa féminité souillée par une des abominations, encore assez jeune pour être traversée par ce genre d’instinct. Après le drame, l’esprit de la jeune femme semblait complètement fermé à l’extérieur.
Le Docteur Wander, désireux de rejoindre le Cercle, est à ce moment-là venu nous prêter main forte, en tant que médecin, avant tout, et possible futur apprenti occultiste. Sinistre mise à l’essai, je gage.
Son diagnostic fut sans appel, un parasite était en gestation à l’intérieur de la jeune femme.  S’en est suivi un flot de choses à essayer, de solutions possibles à ce problème, entre notre sorcière herboriste et le médecin.
Quelques notes et carnets apportés par Ikhlas nous on permis de creuser d’autres pistes, concernant Frey, et l’arbre.
Le quatrième stade et les carnets du jeune Ikhlas
Tharsilla, William, Wander


Dans un vieux manifeste, nous avons appris qu’il existait un dernier stade d’évolution au Wendigo, très rare cependant. Le plus puissant Wendigo de la meute se changeait alors en arbre, pouvant dépasser la taille d’un clocher d’une église. Une créature en sommeil, sauf lors des nuits de pleine lune. A cette découverte, la boucle était bouclée. Nous savions à quoi nous avions à faire, et il nous restait trois jours pour agir, avant la prochaine lune pleine.


Les carnets d’Ikhlas nous ont permis de comparer notre investigation et celle ayant eu lieu il y a dix ans. Dix ans en arrière, Olvia traversait également une période de famine, période pendant laquelle il y eu des Wendigos. A cette époque, Ikhlas et la Cavaletti sont intervenus en binôme. Cela parut troublant qu’un même problème survienne au même endroit, nous avons alors épluché les carnets de notre mentor, à la recherche de quelque chose, d’un détail, qui n’aurait pas été réglé en ce temps et qui aurait été à l’origine des désastres d’aujourd’hui. Ce détail fut un enfant.
Le petit détail.

Tharsilla, William, Wander

Dans les carnets d’Ikhlas, un passage mentionnait une jeune femme retrouvée avec les mêmes blessures que Frey. Il y avait donc un précédent à cet acte odieux. Une complication que la Cavaletti a dissimulée à Ikhlas, et a géré de sa propre initiative. Après quelques questions dans le village, nous avons appris que la jeune femme de l’époque, Marcia, vivait encore, et qu’elle avait eu une enfant mort-né il y a dix ans. Si cela ne nous donnait aucune piste pour combattre la corruption de l’arbre, nous avions là de quoi aider Frey, nous savions à présent qu’il était possible de sauver la chasseuse sans renforcer son parasite. Nous le pensions, du moins, et c’est avec ce sentiment que nous nous sommes rendus chez Marcia, dans le souhait d’en savoir plus sur cette « zone d’ombre » qu’Ikhlas avait à l’époque ignorée.

Marcia nous a reçus. Froidement. C’est une fois son fils et son mari dans une autre pièce qu’elle s’est alors livrée. Nous insistions pour qu’elle partage sa sinistre expérience, afin de comprendre comment il était possible d’aider la jeune Frey. Hélas, nous avions fait une erreur. Nous nous en sommes rendus compte lorsque Marcia a verrouillé sa demeure, en nous expliquant que, non, l’enfant n’était pas mort-né, et qu’il était né aussi ignoble que merveilleux, tel un dieu.
Nous n’avons pas même eu le temps de nous battre, encore moins de nous défendre. Un vent spirituel est venu balayer avec force nos pensées. D’abord des hallucinations, et ensuite, une inconscience collective.

L'obscurité et le froid du métal
Tharsilla, William, Wander


Nous nous sommes réveillés dans une galerie obscure, à demi-nus, attachés côte à côte contre une grille de métal, en guise de prochain repas pour l’arbre. Nous libérer a demandé un temps long, marqué par la solidarité et la douleur. Nous avons trouvé de la lumière, puis de quoi nous préparer quelques armes de fortunes avant de descendre dans les profondeurs. Nous étions sous l’arbre, dans les profondeurs d'un ancien sanctuaire, quelque chose comme ça. Plus nous descendions, plus nous sentions des battements de cœur réguliers.

Le Coeur
Tharsilla, William, Wander


Dans notre descente, nous avons découvert le cœur de l’arbre. Il y avait un autel, contenant une soupe à l’odeur intenable, de sang, d’organes, de végétaux, et j’en passe. A côté de cela, une petite cabane où œuvrait un homme aussi déviant qu’imposant. Un boucher. Je m’apprêtais à frapper lorsque un violon se fit entendre, mélodieux. J’ai cru perdre l’esprit. Lorsque le boucher s’est mis à jouer, deux racines, nourricières, vinrent se glisser dans l’autel pour venir aspirer son contenu.
Une fois le boucher « remercié » pour sa fabuleuse prestation, nous avons pu récupérer notre équipement dans la cabane, par chance.
Une fois seuls avec le cœur de l’arbre.. nous avons tenté le tout pour le tout. Tharsilla a versé dans la soupe de l’autel un répulsif à Wendigo, un antidote à la transformation, du poison. j’ai plongé la croix d’argent dans le mélange pendant que Wander récuperait le violon, avant de venir manier l’arpège.
Les racines frétillèrent à nouveau à la douce mélodie, et une nouvelle fois, une dernière fois, vinrent se nourrir. Difficile de dire ce qui a été efficace en détail, mais le mélange a été foudroyant, pour l’arbre. Il y eu des tremblements, une agitation, avant qu’un cœur, ressemblant à un gros œuf, ne tombe dans l’autel.

Nous avons quitté le site à la hâte, alors que tout s’effondrait. Derrière nous, nous entendions des gens hurler et nous poursuivre, ou fuir. Dieu seul sait ce qui a pu leur arriver.



Et maintenant ?
Le Cercle


Avant de partir vers un repos salvateur, quelques détails restent encore à régler.

Concernant Frey, la chasseuse d’Olvia abusée par un jeune Wendigo. Malheureusement le cas de Marcia n’a pu apporter aucune solution décente, seulement la certitude que cet enfant, cette fois, ne doit pas naître. La gestation devrait durer entre trois et quatre mois. Il s’agit là de notre délai pour résoudre ce problème. Si aucune solution n’est trouvée, la jeune femme mourra avec ce qu’elle porte en elle. Nous devrons nous en assurer. Tharsilla et Wander proposent actuellement de coupler l’antidote à la transformation en Wendigo avec un abortif.
Concernant la jeune Regina  . Partis à la chasse au cerf, elles et son père sont tombés sur un Wendigo. Son père fut massacré et la jeune femme fut accusée de sa mort, rentrée couverte de sang au village. Aujourd’hui emprisonnée à Velia où elle attend la corde, nous avons à présent assez de preuves et témoignages pour prouver son innocence. Si cela ne suffit pas, et j’ai bien conscience que nous allons là au-delà de notre domaine d’activité, nous pourrions aider le Duc et ses chasseurs à la libérer.
Concernant le Duc et ses chasseurs . Bien qu’anciens belliqueux et barbares aux rites étranges, ils ont fait preuve d’un soutien et d’une coopération exemplaire, jusqu’à perdre la moitié de leurs amis frères, femmes, enfants, pour nous permettre de progresser jusqu’au Wendigo de quatrième stade. Ils sont allés jusqu’au bout, même face à la mort, et un « merci » ne suffirait pas prouver notre reconnaissance. Loi de moi l’idée de forcer quiconque à quoi que ce soit, mais personnellement, je compte me tenir à leur disposition. De manière globale, toutefois, nos organisations gagneraient à se rapprocher.
Concernant Rouge. Rouge est un homme du Duc. Un astucieux et talentueux chasseur. Il a beaucoup évolué avec notre équipe et s’est montré efficace et curieux de nos méthodes. Il a malheureusement perdu sa femme lors de la bataille contre les Wendigos. J’aimerais que vous rencontriez cet homme, Ikhlas. Je pense qu’il gagnerait à rejoindre le Réseau. Cela pourrait être le premier pas d’un partenariat durable entre le Duc et le Cercle.

Concernant le cœur de l’arbre.  Le cœur de l’arbre a été remis au Docteur Kap pour recherche et analyse.

Concernant les galeries creusées par les Wendigo. Se coordonner avec le Duc pour en condamner une grande partie.



Puisse Olvia ne plus connaître pareil fléau, et puissions-nous sortir plus savants et aiguisés qu'à notre arrivée.
avatar
William Duncaste

Messages : 68
Date d'inscription : 05/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum