Rapports d'investigations

Aller en bas

Rapports d'investigations

Message par Uther Ezeil le Lun 23 Oct - 13:11

Un dossier aura été ouvert, afin de consigner les différents rapports liés à l'enquête sur l'Eveil de Coleoptys.
avatar
Uther Ezeil

Messages : 109
Date d'inscription : 06/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapports d'investigations

Message par Uther Ezeil le Lun 23 Oct - 14:07

Rapport du 20 ème jour du mois de la Clef 286.
Auteur : Uther Ezeil

Le héros de Képlan et moi-même avons échangé à la cave afin que je puisse l'interroger sur son rêve afin de faire le lien entre celui d'Ikhlas et celui de Tharsilla.

Voici ce qu'il a raconté :

Il se trouvait dans une salle de réception, lors d'une audience royale. Su un trône un être indistinct et inconsistant. La présence parlait avec le langage de Khafar ou quelque chose s'en approchant.
Soudainement il fût pris d'une angoisse profonde.
La présence royale était en danger, sa magie ne fonctionne alors pas. Il lève la tête et voit une silhouette dans une des arcades supérieures de la salle. Il s'élance alors dans un couloir sombre et voit l'ombre se glisser sur un des balcons et il se réveille avant d'avoir pu la rattraper.


Il nous est apparu alors qu'il manquait des éléments. Et en conversant, Bondoulfe eut l'idée qu'il manquait un des protagonistes de la Futaie des Songes. La petite Mara. Nous avons donc décidé de venir la voir le lendemain.

Bondoulfe a également fait un certain nombre de recherches dans les bibliothèques d'Altinova, de Tarif, d'Heidel, de Glish et de Vélia.

Certaines informations se rapportent de prêt à nos observations.

Essai daté d'une cinquantaine d'années, auteur inconnu  
Le texte provient d'une pile de feuilles d'archives, il semble relater le voyage d'un homme dans le désert noir. Il n'en reste qu'un passage à peine lisible. [...]
Il m'approcha alors, l'homme semblait n'être alors rien de plus qu'une carcasse animée, son sourire était à glacer le sang ... Comme s'il connaissait mon méfait, il se mit à me juger, m'expliquant que mes actes allaient attirer l'Akhoul, le démon de la discorde. Je n'ai pas dormi la nuit suivante, je ne me suis pas fait dépecer par un quelconque "Akhoul" non plus. Le "précepteur" était parti au petit matin, et les deux amants de la veille,Sona et Araqaï, ont été retrouvé empoisonnés dans la paillasse qui leur servait de lit.


L'incontournable grimoire des légendes oubliées
Ce livre semble être ancien et conservé de façon assez vétuste. Il a été écrit par un mage très certain du succès de son ouvrage. les ventes de cette édition se comptent sur les doigts de la main. Il est daté de presque un siècle.

Chapitre "Légende du grand Est", partie "Le désert noir" "L'elfe Akhala se mit à genoux, priant au milieu des dunes, aucun esprit de la forêt ne pouvait l'entendre, sa solitude était complète. Une divinité lui répondit cependant : le chantre du désert ... elle échangea alors son âme contre de puissants pouvoirs et devint l'Akhoul, discordante et immortelle dans le songe du maître."


Ces mots ont été écrit dans un ouvrage a eu en main l'espace d'une nuit : « Les contes d'or ». Les contes d'or étaient encore en phase de rédaction à ce moment-là, et ne comportaient qu'une dizaine de conte tel que "La plainte d'Om'roktu" ou "Le reigne d'Om'Kasha"

Concernant l'Akhoul, Bondoulfe a eu un grand nombre de discussions avec Khafar, il y a de cela presque un an.
Il expliquait que l'Akhoul obéissait à une reine, la Reine Araignée.
L'akhoul était une seule entité qui regroupait tous les êtres araignées étranges.
Cette entité serait née avec la reine, suite à une malédiction.
L'Akhoul est lié à la terre, il passe par des portes ou des portails, dans le sol, comme celui que nous avons vu et scellé à Vélia. Ces portes semblent former un réseau qui permet à l'Akhoul de se propager.


Nous avons donc décidé que Bondoulfe avec le concourt de Kahelyha écumeraient les bibliothèques et principalement celle de Calphéon. De mon coté je ferai jouer mes relations pour avoir les informations de celles de Valencia.
avatar
Uther Ezeil

Messages : 109
Date d'inscription : 06/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapports d'investigations

Message par Uther Ezeil le Lun 23 Oct - 15:37

Rapport du 21 ème jour du mois de la Clef 286.
Auteur : Uther Ezeil
Lieu: Ferme de Madame Gricheroi


Boudoulfe et moi-même nous sommes rendus comme convenus à la ferme de Dame Gricheroi afin de rencontrer la petite Mara.

Arrivé en premier sur les lieux, j'ai eu droit à un accueil chaleureux de Dame Gricheroi. Il est à noter que son humeur fût un peu plus froide et distante à l'arrivée de Bondoulfe.

Au vu de son changement d'attitude, nous avons convenu silencieusement avec Bondoulfe que je mènerai les conversations pendant qu'il se concentrerait sur les éventuelles énergies magiques présentes.

Dame Gricheroi nous explique que depuis notre venue à Kahelyha et moi la petite semble heureuse et radieuse. Je lui ai alors demandé s'il y avait eu quelque chose de singulier, des événements, des bruits, des visites, un rêve étrange.

Elle nous explique alors qu'effectivement Mara a fait un rêve particulier, et qu'elle avait «changé». Qu'elle avait développé des facultés magiques et qu'elle en était heureuse car elle pourrait l'envoyer peut-être dans une école de magie. Il ne s'agissait pas là de magie élémentaire

A la venue de Mara, Bondoulfe a senti une énergie émaner en elle, une magie similaire à celle détecter sur les objets ramenés de la Futaie des Songes, une magie onirique.

Je lui ai alors demandé de raconter son rêve.

Elle s'est mise à expliquer alors qu'elle était invitée par la Reine, qu'elle se trouvait dans une vaste salle de réception dans un château, qu'un monsieur avec un masque l'accompagnait. Celui-ci avait le visage couvert d'un masque à tête d'oiseau, comme une cigogne disait elle. Il prétendait se nommer «Noktu» et être un ami de la Reine.
Il expliquait à Mara qu'elle pouvait devenir une magicienne, une «Tisse-le-rêve». La Reine lui a ensuite parlé, lui demandant de devenir un de ses Chevaliers et qu'elle devait veiller sur Léna. Léna étant le nom donné par Mara à la fille des marchands de poupées Vaghetti que nous avions «sauvé» via le rituel de Khafar.
Mara nous explique ensuite que Noktu avait précisé que Lena avait fait une «grosse bêtise» et que des «méchants» avaient été libérés pour venir la «manger» et qu'elle devait les remettre en «prison»

Une autre personne a parlé alors, mais elle ne semble pas avoir entendu ce qu'il disait. Puis Noktu lui a dit qu'ils devaient partir et que la reine avait bien d'autres Chevaliers pour assurer sa protection. Elle a alors désigné Bondoulfe comme un des présents. Noktu l'a emmené ensuite loin du château, puis elle s'est réveillée.

A son réveil, la lumière bleue l'entourait. «Sa magie» comme elle l'appelle. La magie onirique.
Bondoulfe a avancé l'hypothèse que le fait de dormir, de rêver est ce qui lui permet d'amasser de la magie onirique.

Il nous est apparu alors évident que ce rêve venait s'intégrer entre celui d'Ikhlas et celui de Bondoulfe.

Ce qui nous donne donc la suite suivante des rêves :

Kahelyha, Tezca, Uther, Ikhlas, Mara, Bondoulfe, Tharsilla, William.

Nous lui avons ensuite demandé de nous expliquer en quoi consistait «Sa magie».

Elle nous a alors expliqué qu'elle pouvait ouvrir des fenêtres oniriques, lui permettant de voir des choses, des rêves, dans cet autre monde. Plusieurs apparitions bien distinctes, ne s'incluant pas forcément dans la suite de rêves mais ayant un rapport avec celle-ci.

Première vision: Un homme qui se transforme en scarabée qui poussait des excréments. Un scarabée bousier il semblerait.

Deuxième vision : Une femme brune, belle, mais triste, en haut d'un phare. Elle se plaignait d'être seule lorsqu'un «énorme homme a tête de chien» lui annonçait qu'il allait la sauver. Pensant à Om'Ruktu, je lui ai demandé si le chien était aveugle. Elle a confirmé. C'est donc probablement lui.

Troisième vision : Une cage en lingots d'or. Elle y votait une femme aux cheveux dorés, une princesse d'après Mara, sans pouvoir l'identifier, mais différente de la Reine et de celle sur le phare. Elle semblait furieuse et voulait sortir. Nous avons songé à la Reine Araignée.

Mara a ensuite voulu nous montrer comment elle créait ses fenêtres, comment elle les ouvrait. J'ai alors sorti le pendule qui a réagi vivement. Des lueurs bleues apparaissant au bout des doigts de Mara.
Nous avons alors vu Om'Ruktu dans un couloir sombre. Il nous voyait aussi. Il s'est approché de la fenêtre, menaçant. Nous annonçant que son monde se rapprochait peu à peu du notre et que bientôt il viendrait la chercher. Effrayée Mara a refermé la fenêtre alors. Nous avons donc réalisé à cet instant-là que la fenêtre fonctionnait dans les deux sens et qu'il était dangereux pour elle de pratiquer sa magie sans un soutien adapté et de rester seule.

J'ai donc convaincu Madame Gricheroi de la placer sous ma responsabilité, que je veillerai sur elle et que j'allais lui faire rencontrer des gens qui pourraient l'aider.
A contrecœur elle a accepté. Elle a l'adresse de mon domicile, pas de la Cave cependant.

Nous avons donc quitté la ferme Gricheroi avec la petite Mara en direction d'Heidel et de la Cave.
avatar
Uther Ezeil

Messages : 109
Date d'inscription : 06/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapports d'investigations

Message par Uther Ezeil le Lun 23 Oct - 18:01

Rapport du 21 ème jour du mois de la Clef 286.
Auteur : Uther Ezeil
Lieu: La Cave, Heidel


Bondoulfe, Mara et moi-même sommes arrivés à la cave en fin d'après-midi.
Nous souhaitions avoir l'avis d'Ikhlas sur ces fenêtres oniriques. Nous avons été rejoints par Kahelyha.

Après avoir rapidement expliqué la situation à Ikhlas, je lui ai présenté Mara qui a refusé de lui dire bonjour. Elle semblait craindre le valencien. Elle était mal à l'aise, refusant tout contact physique avec lui. Me précisant qu'Ikhlas ressemblait à un monsieur de son cauchemar. Elle le désigna comme étant dans le château celui qui avait ouvert la porte, et celui qui voulait tuer la Reine et libérer la Reine Araignée. Elle était apeurée et se réfugiait contre moi.

Nous avons alors raconté le rêve et les visions de Mara à Ikhlas et Kahelyha.

Ikhlas s'est remémoré alors la voix qui lui avait parlé, a priori celle de la reine Araignée, dans l'ossuaire. Qu'elle ne voulait pas le tuer, qu'elle était multiple et partout, et que grâce à son savoir, il aurait une place à ses côtés.

Nous avons alors élaboré un certain nombre de théories. Une prise de contrôle d'Ikhlas par la Reine Araignée, un double comme ce fut le cas pour Will et moi.

C'est alors que Mara s'est mise à entendre des voix, venant de sous le sol. Je me suis dirigé alors vers la crypte, rapidement rejoint par tout le monde. Une lueur bleue s'en échappait et cette brume de la même couleur encombrait les couloirs de la crypte. Nous n'entendions toujours aucune voix, mais rapidement ce sont des pas lourds d'insectes qui résonnaient. Boudoulfe éclairant alors la crypte, nous vîmes les créatures, des insectes géants, et un portail d'où ils se déversaient. Engageant le combat alors qu'Ikhlas et Kahelyha tentaient de protéger Mara, la solution vint de Bondoulfe qui se rappelait d'une discussion avec Khafar, une sorte de rituel qui lui servirait un jour à refermer un portail. Il servit de catalyseur à Mara pour le refermer alors que les créatures étaient déjà en surnombre et en train de nous déborder.
Elle parvint à fermer le portail, qui aspira alors toutes les créatures, vivantes comme mortes, le sang et les morceaux arrachés par mon épée, comme s'il ne s'était rien passé.

Je laisse le soin à Bondoulfe de compléter ce rapport concernant le rituel, qui sera bien plus complet et clair que si je le faisais.

Une fois sortie de la cave, sans trop de blessures, les morsures des créatures n'ayant pas percé mon armure, Ikhlas étant légèrement touché au bras et Kahelyha au cou, il fut convenu que Mara devait rester sous surveillance. Conformément à ma promesse auprès de Gricheroi, elle demeure donc chez moi, avec Livia,, brièvement informée de la situation, jusqu'à ce qu'on comprenne mieux la situation et que nous ayons les retours de nos recherches, avec l'interdiction à Mara d'user de ses pouvoirs sans notre présence.
avatar
Uther Ezeil

Messages : 109
Date d'inscription : 06/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapports d'investigations

Message par Bondoulfe de Keplan le Lun 23 Oct - 20:35

Compléments au rapport du 21ième jour du mois de la clef 286.
Auteur : Bondoulfe de Keplan, héros choisi d'Ellion.
Lieu : La Cave, Heidel.

Suite aux écrits d'Uther, je me permet d'apporter quelques erratas et précisions sur les événements de la journée.

Dans un premier temps, il est à noter que le portail ouvert dans la Cave a été ouvert par la reine araignée de l'Akhoul, qui désirait capturer la petite Mara. La Reine Araignée semblait tout à fait connaître la situation de Mara et ses pouvoirs, ce qui me laisse à penser que l'Akhoul est étroitement lié aux autres affaires sur le sujet.

J'ai pendant longtemps discuté avec Khafar de ce sujet lorsqu'il m'enseignait à contrôler les flux magiques à Velia, il y a de cela plusieurs mois. L'intégralité des histoires vues par la petite Mara dans ses "fenêtres" m'ont déjà été évoquées par Khafar dans le passé. De la même sorte, si l'on prend en compte les écrits que j'ai pu observer dans mon voyage et les témoignages d'un bibliothécaire Altinovien, il semblerait que le "précepteur" et qu'un "maître" soient souvent présents, le précepteur ayant toujours l'apparence d'un vieil homme chauve et flétri. Les écrits remontent parfois à des archives, et l'on fait toujours ou presque le lien avec un livre nommé "Les contes d'Or", d'o sont aussi tirés les histoires que Mara a pu observer, et bien d'autres, comme l'Akhoul et ses origines ou encore La Futaie des Songes. Ce livre semblait en possession de Khafar lors de son passage à la ferme où vivait Mara, et toutes les personnes entrés au contact de Khafar sont plus ou moins liés aux événements.

Pour ce qui est du portail en lui même, il s'agissait d'un portail tellurique ouvert par l'Akhoul, si je reprend les mots de Khafar "une fenêtre par laquelle l'Akhoul étend ses racines". L'Akhoul habite les souterrains, il est discret et n'agit pas à la lumière. C'est une entité qui se propage sournoisement, dans le but d'étendre ses pattes et sa toile sur le monde et toutes les connaissances, et qui n'a pour but que la discorde et le chaos. C'est une entité vicieuse et calculatrice, dont les dessins échappent aux mortels, ses plans s'étendant parfois sur plusieurs vies humaines. La chose est de déterminer si l'Akhoul est né en notre monde ou s'il vient possiblement d'un autre, mais toute trace de ses origines, que ce soit dans les récits écrits ou dans les propos de Khafar, forcent à penser que l'Akhoul et sa reine sont originellement nés d'une personne maudite dans le désert de Valencia par une entité supérieure. Peut être s'agit-il justement du maître ? Khafar semblait recenser les histoires ou les raconter, ayant toujours réussi à plus ou moins fasciner son public. De mon avis, tout est étroitement lié.

Mais je m'égare, et l'égarement est indigne d'un héros, car un héros se doit de toujours suivre un chemin avec conviction et sans détours. Concernant ce portail, il s'agissait d'une ouverture créé par ce que dame Tharsilla appelle de la "magie onirique". Mais une chose à connaître concernant ce portail, c'est qu'il s'agit d'une porte ouverte par l'Akhoul. L'Akhoul peut ouvrir des portes dans certains nœuds souterrains, Khafar m'expliquant que cette ouverture n'est possible qu'en certains points bien précis, avec des notions de magie terrestre et géologique en plus dont je ne me souviens guère. A l'époque, il m'a expliqué que l'Akhoul ne peut se propager depuis la lumière du jour et au dessus de la terre, et qu'il tisse ses racines sous terre, selon les nœuds évoqués ci-dessus. Quand un nœud est fermé, il ne peut pas s'ouvrir de nouveau. C'est ainsi que nous avons sauvé Velia par le passé, et que je peux garantir de façon quasi certaine que la Cave ne verra plus jamais ce portail s'ouvrir.

A l'époque, Khafar m'a expliqué que lorsque je verrai un portail, je saurai le reconnaître et comment le fermer. Je n'avais pas saisi ses propos à l'époque, parce qu'il dit souvent n'importe quoi, quand même, mais il s'avère qu'en voyant le portail de mes yeux j'ai compris.

Khafar m'a à l'époque apprit à contrôler les flux de magie primaires. Modeler la magie et son essence même, sans s'embarrasser de sa provenance ou de son état final. Le flux de magie est une chose palpable et qui se ressent, se plie à la volonté. La magie primaire permet selon lui de créer ainsi dire n'importe quoi. En cela son concept se rapproche de la magie onirique, je pense, ou du moins l'on peut dire que ce qui concerne un flux magique pur concerne aussi la magie onirique plus spécifique.

J'ai tout simplement expliqué cela à Mara afin qu'elle puisse contrôler et ressentir son pouvoir, et fermer la porte à l'aide de sa volonté. Elle est particulièrement compétente, car elle a apprit en quelques instants ce que j'ai mis plusieurs dizaines de minutes (voir jours pour certains aspects) à comprendre. Et je suis un héros, donc la gamine est une championne, on peut le dire.

J'espère que cela complète correctement les rapports d'Uther.

Bondoulfe de Keplan, héros choisi d'Ellion.
avatar
Bondoulfe de Keplan

Messages : 16
Date d'inscription : 06/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapports d'investigations

Message par Uther Ezeil le Lun 20 Nov - 18:49

Rapport de d'enquête à la ferme de Gricheroi
Présents : Kahelyha, Uther
Le 19ème jour du mois du Marteau 286.

Comme prévu, Kahelyha et moi-même nous sommes rendus à la ferme de Gricheroi. En effet depuis que Mara était à Heidel, je m'étais engagé à lui donner des nouvelles régulièrement.

Si elle avait répondu promptement à la première lettre, je n'avais pas reçu des nouvelles de la seconde depuis quinze jours. Raison pour laquelle j'avais souhaité m'y rendre.

Une fois sur place, un calme étrange régnait sur les lieux de la ferme d'habitude si active.
Personne dans les champs, pas un bruit, les fenêtres étaient toutefois ouvertes.
Nous assurant d'abord des alentours, Kahelyha découvrit le grenier à provision ouvert, les aliments pourrissants. De mon côté par une fenêtre je constatai la présence de magie onirique, les filaments bleutés voletants à l'intérieur de la pièce.
Nous options alors pour une approche prudente afin d'étudier les lieux.

La porte s'ouvre tout d'un coup sans qu'aucune présence ne soit visible. J'ai alors donné une amulette en titane à Kahelyha, en gardant une également sur moi. Cette amulette ayant la faculté de combattre les hallucinations et de garder l'esprit clair, nous a considérablement aidé. Elles se sont mises à vibrer. Le pendule de spectrologie ne révélait rien de con côté et l'appel aux esprits de Kahelyha confirma cette présence.

On risque un oeil à l'intérieur. Le mobilier est à sa place, mais pas âme qui vive. Les amulettes vibrent toujours. On entend des pas distinctement, mais rien en vue.

Soudain un bruit derrière nous. Des bras sortent de terre tentant de nous capturer. On se précipite à l'intérieur sur le sol de pierre.

Kahelyha est projetée contre un mur. Je frappe vers la source. Je ne vois rien mais je sens une résistance. Elle profite de la poussière accumulée par l'abandon de la ferme depuis plusieurs jours pour faire apparaitre une silhouette et j'utilise le stratagème de la peinture utilisée sur le lynx invisible pour le révéler.
Un conteur noir, livre à la main, il écrit frénétiquement. ma dague de jet fuse, Kahelyha se jette sur le livre, mais trop tard. le livre tombe au sol, il se transforme en un être hideux, un buste d'homme en armure sur un corps de scorpion géant.



Je m'occupe de la créature, Kahélyha du livre. Chargeant la créature je la percute, mais elle est vive, très vive. Alors que Kahelyha récupère le livre et tente de s'écarter, l'aiguillon la frappe dans le dos. Elle s'effondre à demi consciente. Je tranche l'aiguillon chitineux. La créature hurle et enrage. Elle charge. J'esquive alors que Kahékyha écrit dans le grimoire du conteur avant de barrer la rune. Elle est inconsciente. Je profite de l'opportunité de la charge ratée pour transpercer la créature qui est à présent dos à moi. Je la sens s'effondrer, ses pattes cèdent. Je multiplie les coups. Il perd en puissance et redevient humanoïde.

Plaqué au sol, il est faible. Je veux l'assommer pour porter secours à Kahelyha mais son crâne cède comme si j'avais frappé quelque chose de mou, sans aucune résistance. Il est mort.

Je reprends le livre, me doutant de la présence de venin, j'écris alors à mon tour.

"Une fois la transformation inversée, les blessures de Kahelyha s'inversèrent aussi, nulles blessures, ni venin dans ses veines, comme si ce fût une illusion, elle s'éveilla alors"

Je barre la rune, elle décharge l'énergie qui lui reste. Kahelyha s'éveille, hébétée.
On ramasse le livre et nous retournons auprès du conteur. Craignant que celui-ci ne disparaisse ou s'évapore dans une fumée bleue, nous décidons de faire les premières observations sur place.

Je m'occupe du corps, Kahelyha du livre.

Je retire son masque que je récupère, puis en le fouillant on découvre des runes sur son torse. Une rune inconnue entourée de plusieurs runes que nous connaissons. La rune centrale est plus grosse. Surement celle qui permet d'animer le corps. Celle que nous connaissons sont nombreuses, des runes de stockage pour drainer l'énergie onirique et alimenter la rune principale. Elles sont déchargées. Aucune n'est barrée.



Kahelyha tente de poser la main du conteur sur le livre, puis sur les runes... et enfin de récupérer l'énergie onirique dans la pièce, sans succès.

Je découpe alors méticuleusement la peau thoracique du Conteur, Kahelyha prélève des bandelettes. Une fois notre morbide besogne accomplie, nous découvrons l'intérieur du corps. Il est mort depuis longtemps, en décomposition. Les organes vitaux sont totalement absents. Pas de coeur, de poumons, même pas de sang. Une coquille vide, uniquement animée par la magie onirique et les runes gravées à même la peau.

Ne sachant pas comment allait finir le corps, s'il allait se décomposer ou se volatiliser en énergie onirique, j'ai pris soin de reproduire fidèlement les runes, et leurs emplacements.



Surement une façon d'avoir une enveloppe physique dans notre monde. Mais qui est a gravé les runes dans la peau du conteur pour l'animer ?

Kahelyha feuillette le livre en quête des écrits précédents du conteur. Elle me le montre. Peu de choses sont écrites mais assez pour comprendre certaines choses.

Première page : Ils partirent deux, cherchant la lumière de l'ouest, les maîtres avaient vu dans leur rêve un nouveau jour pour Coleoptys. Traquant, traquant encore, ils trouvèrent le lieu de résidence du nouveau jour. Mais celui-ci avait pris la fuite. Ils devaient suivre. Ils se séparèrent. L'un resta, soumettant les trois âmes, l'autre parti à la ville cherchant le nouveau jour. Les âmes se trouvèrent être inutiles, elles partirent afin de satisfaire l'appétit d'Apophis.

La lumière de l'Ouest, un nouveau jour. Il s'agirait de Mara. Les conteurs sont donc bien à la recherche de Mara qui doit servir à l'éveil de Coleoptys, les conteurs noirs appartiennent à la Kabbale qui travaille à l'éveil de Coléoptys. Ils sont donc clairement à présent identifiés comme ennemis.

Gricheroi et les deux enfants ont disparu. Partis satisfaire l'appétit d'Apophis. pas d'autres précisions. On ne sait s'il est trop tard ou pas. On décide avec Kahelyha de ne rien révéler à Mara car nous ne savons pas ce qu'ils sont devenus pour l'heure, et Ikhlas ayant insisté pour que nous la gardions dans un certain "bon côté afin qu'elle ne risque pas de s'obscurcir et de servir les desseins des conteurs. Nous devons la préserver.

Ils se séparent donc. Celui que je viens de tuer était celui qui veillait sur la ferme. Celui qui a agressé Mara et Livia chez moi étant visiblement le second. Rendu fou dans notre monde après avoir été tué par Noktu dans l'autre. Avec un peu de chance, le temps que les conteurs réalisent que leurs envoyés sont morts ou ne pouvant plus nuire, cela peut nous permettre de gagner un peu de temps.

Deuxième page : Il attendit le retour, mais ce n'était pas lui, c'était les hérétiques. Leurs yeux étaient voilés, et ils ne purent le voir... Le sol se rebella contre eux, et les poussa à la faute, à l'intérieur de ce qui serait leur tombeau.

Donc a priori les hérétiques, c'est nous. On parle donc bien d'ici de foi, de celle en Coléoptys. Les bras qui sortent du sol, on a l'explication aussi. Pour le tombeau, c'est raté.

En travers de la troisième page, frénétiquement  :

IL DEVINT L'INCARNATION DE LEUR FUREUR, MORKUS.

Bon donc la bestiole humanoïde sur corps de scorpion est donc un Morkus.

J'ai recherché dans ce qu'on a déjà trouvé des références à ce terme de Morkus. Rapidement, je dois reprendre tous nos travaux précédents, je me pencherai là-dessus cette semaine. Peut être trouverais-je d'autres allusions.
Dans un livre de calligraphie ancienne trouvée lorsque nous faisons des recherches sur les deux maillons de chaînes il y a une première référence :

“Qassar Kadmin, Pratakah Morkus” qui s'interprète comme une une bénédiction.

Une seconde dans un ouvrage intitulé "Ligne" que nous avons trouvé lors de recherches sur : Coléoptys, les dieux tribaux et Khafar :

“Je savais ce qu’il faisait, je savais qu’une fois Rimrak Morkus, iraah Syndel Coleoptys, Le Dashrum l’attendait.”

Morkus serait donc la créature qui nous avons tué, ou une représentation. Syndel ou Syndol le rituel servant à l'éveil de Coléoptys. Dashrum serait la traduction de Maitre, passeur ou précepteur.
le terme "iraah" étant visiblement un mot commun faute de majuscule, et bien que Rimrak soit encore un mot inconnu, on peut aisément en traduire quelque chose du genre :

Je savais ce qu’il faisait, je savais qu’une fois Rimrak Morkus, l'éveil par le Rituel de Coléoptys, le précepteur l'attendrait.

Ou quelque chose du genre.

Je vais prendre un moment pour établir un répertoire des mots anciens que nous connaissons et leur traduction ca nous aidera surement dans l'avenir.

Une troisième dans le résumé de Sadusga :

"Om'Rokut, Salamanzar, Morkus" dans le paragraphe d'Om'Ruktu dans le chapitre des quatre pilliers.

Une quatrième dans un livre de langues mortes et oubliées :

En vieux valencien "Morslu Manahkal" est une menace de mort, d'ailleurs la peine capitale se faisait appeler "Al Morslu Kassik". Un emprunt à de vieux dialectes pouvait ajouter une dimension ésotérique, une malédiction pour l'âme du condamné ou une notion de fatalité : "Al Morkus Kassik".

je vais accentuer les recherches sur ce sujet.

Sur la quatrième page, sont écrits les mots de Kahelyha et le mien.

Kahelyha : "Alors que le conteur transformé attaque Uther, ses pattes émettent un craquement et la créature s'effondre, à la merci du guerrier"

Uther : "Une fois la transformation inversée, les blessures de Kahelyha s'inversèrent aussi, nulles blessures, ni venin dans ses veines, comme si ce fût une illusion, elle s'eveilla alors"

Kahelyha : "Toute l'énergie onirique de la pièce où se trouvent les deux aventuriers se dirige vers la rune du livre, la rechargeant alors"

Cette dernière phrase n'ayant eu aucun effet, la rune étant déchargée.

Nous avons ensuite continué nos recherches.

Moi dans la maison, Kahelyha à l'extérieur.

A l'intérieur j'ai trouvé les registres d'entrée et de sortie des marchandises. Ils sont réguliers et s'arrêtent donc il y a dix jours avant notre venue. Probablement plus ou moins l'époque de l'attaque.
Une lettre de réponse à la mienne écrite partiellement.
Elle y écrivait :

Uther,
Merci d'être aussi présent pour Mara, je suis certaine qu'elle apprend à vos côtés. Je serais honorée de venir et de rencontrer votre...


La lettre s'arrête là. Elle a dû être dérangé au moment où elle la rédigeait puisque son arbalète était armée et posée sur le bureau.

Aucune trace de mes lettres. Elle avait cependant mon adresse pour pouvoir me répondre, ce qui explique que le conteur se soit pointé directement chez moi.

Après avoir retourné la maison, les meubles, les tapis et consulté chacun des livres, pas d'autres informations sont notables.

De son côté Kahelyha est retournée au grenier ouvert et n'a trouvé qu'un livre de Grimo, l'un des enfants adoptifs de Gricheroi, parlant de l'agriculture du maîs. On l'a embarqué également pour voir si Grimo n'aurait pas marqué des choses qu'il aurait constaté ou vu à l'intérieur. Au cas où.

J'ai archivé les différents objets dans la crypte et dans le dossier. J'ai étudié également l'arbalète sans qu'il n'y ait rien de notable. Elle est rangée dans l'armurerie avec le reste.

Concernant le corps Kahelyha l'a transporté dans une charrette jusqu'à notre morgue habituelle pour autopsie.
avatar
Uther Ezeil

Messages : 109
Date d'inscription : 06/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapports d'investigations

Message par William Duncaste le Jeu 23 Nov - 22:10

Rapport d'investigation du 21 du Marteau.

Objectif : Rituel en compagnie de Sadusga pour repérer Timel.
Résultats : Nous avons voyagé spirituellement jusqu'à nous retrouver dans des corps de petits serpents, dans une grotte. Souterraine, bardées de runes, profonde visiblement. Impossible de savoir ou nous étions, aucun repère.

- Nous avons vu des malles, contenant sans doute des enfants. Quinze, dont Timel assurément.

- Khafar était présent. Il semblait endormi dans un sarcophage, inanimé. Un homme est sorti d'un portail onirique, à l'apparence bleutée mais parfaite, quelque part. Un archimage, ou sorcier. Il parlait à Khafar comme un esclave, esclave que semble être Khafar. Lorsque l'archimage à tendu le bâton de Khafar vers ce dernier, il s'est tout à coup animé. Khafar a du nous voir, nous sommes quasi certains. Tout comme nous sommes quasi certains qu'il nous a couvert.

- L'archimage, Dashrum Sallah, s'est brièvement entretenu avec Khafar. Il l'a sommé de se remettre à "écrire", avant de partir par un nouveau portail onirique. L'énergie demandé devait être énorme. Il portait trois imposants livres en ceinture.

- Pour une raison plus ou moins inconnue, le rituel a pris fin, et, une voix de Khafar, jeune, a résonnée dans le bâton, qui nous a beuglé un "DEHORS".

Conclusions :
-Khafar n'est pas que le salaud qu'on imagine.
- Quinzes gosses sont pris au piège dans des malles dans une grotte, quelque part. On ne peut pas laisser faire ça.
avatar
William Duncaste

Messages : 68
Date d'inscription : 05/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapports d'investigations

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum